• fr

Rencontre avec Smaid, le backpacker français du rap

Notre rencontre date de l´été 2014 lorsque Smaid est arrivé en Islande pour tourner le clip de son nouveau titre Positive Vibration. J´ai eu l´occasion d´interviewer Smaid à l´occasion de la sortie ce 13 Avril, de sa mixtape Première Escale.

Smaid Hamac    Smaid Globetrotter 

Icelandic Times : Tu as débuté ta carrière au sein du groupe R Cube et tu as représenté la France au festival EuroRock, félicitations! Quand as-tu décidé de poursuivre ta carrière en solo?

Smaid : Merci ! En fait avant d’être dans le groupe R Cube, j’étais déjà en solo, je faisais un peu de musique comme ça pour m’éclater, puis la proposition de représenter la France au festival Euro Rock m’est tombé sur le coin du nez. J’ai vécu une grosse expérience que je l’oublierais jamais, ca m’a fait grandir aussi bien musicalement que humainement. Après cette tournée, j’ai sorti un premier EP puis j’ai fais une longue pause, je suis parti vivre à l’étranger pendant plusieurs mois et quand je suis revenu, j’ai décidé de créer quelque chose de nouveau. Avec l’expérience de l’étranger j’avais des choses à raconter donc je n’ai pas vraiment décidé de poursuivre en solo, cela c’est fait naturellement.

Icelandic Times : Et d´où tires tu ton inspiration?

Smaid : De mon quotidien, de ma vie en générale, j’invente rien je parle de ce qui me touche, de ce que je vis et de ce qui me donne envie, j’essaie de partager ça en musique. Bien évidemment, mes voyages sont ma source première de mon inspiration, l’enrichissement est tel que je suis obligé d’écrire et de mettre de la musique sur mes mots. Je me sens aussi très concerné par ce qui m’entoure, les mouvements populaires autour de la planète. Je ne suis ni anarchiste, ni écolo ou je ne sais quelle autre étiquette que certains peuvent coller, je suis juste un petit gars qui essaie de faire quelque chose à son échelle et la musique permet de lutter.

Icelandic Times : Tu viens de sortir une mixtape de 15 titres, Première Escale ce 13 Avril, comment décrirais-tu cet album?

Smaid : Comme un carnet de route d’un jeune qui découvre le monde à travers ses voyages et qui écrit des récits en musique. Je pense que c’est la meilleure définition pour cette mixtape.

Icelandic Times : Qu´est ce qui t´a donné envie de venir en Islande et d´y tourner le clip du titre Positive Vibration, un des 15 titres de la mixtape Première Escale ?

Smaid : Ah… L’Islande, c’est une longue histoire. En fait si tu veux, je suis Dunkerquois et l’histoire islandaise est ancrée dans notre ville. Il y’a très longtemps des pêcheurs dunkerquois partaient le long des côtes islandaises pour y pêcher la morue. Des membres de ma famille ont participé à plusieurs de ses expéditions, et ils y ont fait des haltes qui pouvaient duraient des mois dans l’est islandais. Du coup, je me sens vraiment attaché à ce pays et à ce qu’il dégage. D’où ma décision de venir découvrir la terre où mes anciens ont posé le pied auparavant. L’idée d’y tourner un clip trottait déjà dans ma tête, le morceau Positive Vibration s’y prêtait vraiment et tout au long du voyage, on a tourné le clip de façon naturelle et spontanée à l’image de notre trip. Je ne te cache pas que je suis venu en Islande aussi pour découvrir ses merveilles naturelles, pour l’instant ça reste la plus grosse claque que j’ai prise.

Icelandic Times : Tu as donc trouvé en Islande ce que tu étais venu y chercher?

Smaid : En réalité, je suis parti sans vraiment avoir quelque chose à trouver. Le voyage c’est aussi une façon de fuir son quotidien qu’on peut avoir dans la vie de tous les jours, dans sa ville, dans son taff ou dans sa famille. Mais après avoir vécu l’Islande et en prenant du recul, j’ai trouvé ce que je veux vraiment faire, c’est à dire partir et découvrir l’étranger tout en faisant de la musique, c’est peut-être un peu naïf mais oser vivre son rêve c’est une grande finalité. Je compte bien retourner en Islande car il y a des tas de choses que je n’ai pas vu et qui méritent le détour.

Icelandic Times : C´est super. Comme on dit en Islandais : „Framtíðin er þeirra sem láta drauma sína rætast“, soit le futur appartient à ceux qui permettent à leurs rêves de se réaliser“.

Quels sont tes plus beaux souvenirs/expériences en Islande?

Smaid : Il y en a des tas ! Mais j’ai peut-être une anecdote ou deux pour toi. Avec mon pote, on roulait depuis quelques jours, pas loin de Vik on voulait trouver un endroit pour manger un bout et dormir. Les hôtels sont hors de prix dans ce coin-là, du coup on s’est rabattu sur autre chose. Une nana d’un hôtel nous a indiqué la « Devil’s cave » autrement dit la « cave du démon », ça annonce tout de suite la couleur si tu vois ce que je veux dire. On ne s’est pas laissé impressionner par les rumeurs qu’on a entendu puis on a roulé jusqu’a cette cave. En arrivant personne, désert complet et un vent strident bien connu en Islande. On a essayé de faire un feu de camp, mais pas moyen, les alentours étaient désertiques et le peu de bois qu’on trouvait été encore humide. On a abandonné l’idée puis on s’est fait à manger sous cette cave avec le réchaud, dehors il faisait déjà nuit depuis une bonne heure. L’ambiance était vraiment pesante dans cet endroit, on a du réfléchir au moins un quart d’heure pour savoir si on allait dormir là ou non autour des petites voitures posées sur les rochers et la vieille poupée de grand-mère. Finalement on a décidé de dormir sur un parking dans la voiture dans la ville. Peu de temps après, on a appris que les objets qui étaient sur place étaient déposé par des voyageurs pour foutre la frousse aux prochains, et bah ils ont bien réussi leur coup ! (rires). Bon je t’avoue que c’est pas un « beau » souvenir comme on l’entend mais nous, ça nous à bien fait marrer. Sinon la chose que je retiendrais le plus c’est la découverte de Haifoss. J’étais un vraiment gamin qui courait partout, j’en ai pleuré tellement c’était magnifique.

Icelandic Times : Où te produis-tu prochainement?

Smaid : Des concerts sont prévus dans ma ville à Dunkerque avec un groupe de musiciens qui m’accompagnent sur scène « The Rootserz ». La première date est à l’estaminet « A l’Abordage » le 13 mai, puis le 11 juin dans la salle des 4 Ecluses et également une date au festival Ekologia à La Rochelle le 15 août prochain ! On espère trouver d’autres dates pour exporter cette mixtape et pourquoi pas un jour en Islande, ça serait le rêve ! D’ailleurs si jamais un programmateur islandais lit ce papier…(rires)

Icelandic Times : Pourquoi pas! Où trouve-t-on tes albums/mixtape/EP actuellement?

Smaid : Vous pouvez trouver ça en téléchargement sur le site officiel www.smaidofficiel.com, et tout ça gratuitement, alors n’hésitez pas à tendre une oreille !

Icelandic Times : Et quels sont tes projets en cours?

Smaid : Il y aura des prochains projets sans l’ombre d’un doute, des voyages également mais pour le moment je reste concentré sur les prochains concerts pour offrir au public mon univers reggae/hip-hop. En espérant que certains se retrouvent dans cet univers et m’accompagnent pour une aventure qui ne fait que commencer !

Icelandic Times : Bravo et bon vent!

 

banniere-premiere-escale_banniere-premiere-escale_1

Retrouvez le titre Positive Vibration sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=ACbo3R3ANWU

Et sur le site de Smaidwww.smaidofficiel.com