• Français

L´Islande a déposé son dossier de candidature en 2009. Le pays était alors dirigé par une coalition de gauche. Il avait toutes les chances de faire partie de l´UE, notamment parce que le pays avait déjà signé prêt de 70% des accords européens. Mais les derniers accords étaient certainement les plus difficiles à accepter, notamment le sujet des quotas de pêche et sur l´agriculture.

 

https://cynthiaord.com/wp/wp-content/uploads/2010/11/european-union-flag.jpg

Le gouvernement de l´époque, dirigé par Jóhanna Sigurðardóttir, voyait dans cette adhésion, une solution potentielle de résolution de la crise et notamment une solution contre la dévaluation de la monnaie, qui fut dévaluée de 50% au moment de la crise financière de 2008.

 

Le gouvernement de coalition de droite, qui a pris ses fonctions en Avril 2013, a lui annoncé la couleur dès le début, indiquant que l´Islande n´entrerait pas dans l´Union Européenne. Le Premier ministre, Sigmundur Davið Gunnlaugsson, de centre droit, est défavorable à l´entrée de l´Islande dans l´UE. L´annonce de ce jeudi 12 Mars ne fait que confirmer cette volonté du gouvernement, même si certains sont plus partagés sur cette question.

Fréttablaðið 5avril 2014

dessin dans le Fréttablaðið du 5 Avril 2014

„Avec un taux de chômage redescendu à 3 %, un tourisme en plein boom et des dettes sur les biens immobiliers des particuliers en partie effacées, le pays estime ne plus avoir besoin de l’Europe. Il se contentera de rester membre de l’espace sans passeport de Schengen et de l’OTAN“, précise Le Monde.fr

Cependant, les islandais ainsi que plusieurs membres du gouvernement et parlement demandaient le droit de choisir par référendum. Le Premier ministre et le ministre des Affaires Etrangères en ont décidé autrement.